🛰️ Trop de satellites ? 🚴 Impacts de la gig economy, ⚽ levées records dans la French Tech

Le meilleur de la tech Semaine 38 - 2021

Avez-vous rĂ©cemment commandĂ© un repas via Deliveroo ou vous ĂŞtes fait conduire par un Uber ? C’est ce qu’on appelle la « gig economy Â» (littĂ©ralement « Ă©conomie des petits boulots Â») : des indĂ©pendants travaillant pour des plateformes et dont les tâches sont dictĂ©es par des algorithmes. L’excellent Rest of the World a rĂ©alisĂ© une Ă©norme enquĂŞte dans diffĂ©rents pays sur ces travailleurs souvent exploitĂ©s, on en parle dans le brief de la semaine 👇


**En Brief** / Liens

đź“ť En Brief

🔸

Plongée dans la "gig economy"

C'est un dossier extrêmement complet que nous livre Rest of the World sur les impacts humains de la plateformisation de l'économie. Ils sont allés interviewer 4.900 chauffeurs, livreurs et médecins pour en apprendre plus sur leurs conditions de travail.

Les résultats sont effarants : 40 % d'entre eux ne gagnent pas le salaire minimum, ils sont stressés et inquiets de ne même pas arriver à couvrir leurs coûts (essence, location de véhicule...) et les femmes sont encore moins bien payées que les hommes.

Entre les gros articles, une sélection de portraits nous fait rencontrer notamment Lisandro Linarez qui fait 54 km par jours à vélo pour des livraisons, Ashnafi Alemseged qui roule pendant 13 heures et Jang Hyuk qui se bat contre l'algorithme du Deliveroo local pour atteindre la somme qu'elle s'est donné pour but.

👉 À lire absolument sur Rest of the World (🇬🇧)

🔸

Bon conducteur = conduite autonome débloquée !

Proposée depuis des années moyennant 10.000 $, "Full Self-Driving" (FSD de son petit nom) permet aux Tesla de toucher du doigt l'autonomie.

Actuellement, le système logiciel permet de garer la voiture, la faire rentrer ou sortir d'une voie autoroute sans que le conducteur ait à toucher le volant. La prochaine version beta (=test) ajouterait la capacité de conduire de manière autonome en ville et sur les voies rapides.

Seulement, cette version ne sera accessible qu'aux "bons" conducteurs : sous réserve de bonne conduite les 7 derniers jours, ils pourront s'y essayer. Les voitures ont un module permettant d'analyser la conduite pour l'assurance Tesla (en Californie pour l'instant).

👉 À lire sur TechCrunch (🇬🇧)

🔸

iOS 15 et iPadOS 15 sont lĂ  : le bilan

Après 3 mois de versions betas, les versions finales du système d'exploitation sont en train d'arriver sur les iPhones et iPads du monde entier.

Les changements ne sont pas fous et comme le dit l'article, ressemblent plus à une version 14.5 que 15. Au programme néanmoins :

  • Un nouveau design pour Safari, qui descend la barre de recherche/url en bas et permet de crĂ©er des groupes d'onglets (bien sĂ»r synchronisĂ©s entre appareils Apple),

  • Un mode focus qui peut aller très loin pour peu qu'on s'y penche : vous pouvez gĂ©rer très prĂ©cisĂ©ment les notifications qui arrivent (ou pas). Le cas type : vous devez Ă©crire votre newsletter qui part le dimanche. Vous allez dĂ©sactiver toutes les notifications de rĂ©seaux sociaux, e-mail et actualitĂ©s pour rester concentrĂ©. Et une fois la newsletter complĂ©tĂ©e, vous passez en mode "dĂ©tente" qui va faire revenir vos notifications de rĂ©seaux sociaux. C'est entièrement personnalisable et ça se passe dans les rĂ©glages > Concentration.

  • La reconnaissance de texte dans les images, que ce soit en live via votre appareil photo ou sur les images de votre bibliothèque.

Pour les iPads, les widgets peuvent désormais se placer où l'on veut sur l'écran (mais il y en a trop peu à mon humble avis) et vous n'êtes plus obligés d'avoir toutes vos apps affichées sur l'écran. Le multi-tâches est un peu mieux géré, avec l'apparition d'un petit menu lorsqu'on a deux applications ouvertes pour faciliter leur gestion.

👉 À lire sur The Verge (🇬🇧)

🔸

Netflix met la main sur tout Roald Dahl

Nous risquons d'avoir une indigestion de chocolat et de pêche dans les prochaines années ! Pour un montant inconnu, la marque au N rouge a racheté la compagnie gérant les droits du catalogue des oeuvres de Roald Dahl.

L'entreprise a indiqué vouloir en plus des adaptations en films et séries vouloir aller vers l'édition, les jeux, le théâtre et les produits dérivés.

👉 À lire sur France info

🔸

Levées de fonds record pour la french tech

À deux jours d'intervalle, Sorare puis Mirakl ont levé plus d'1 milliard d'euros.

Le premier propose des cartes de joueurs de foot à collectionner (comme les cartes Panini) mais également pour créer des équipes virtuelles et les faire jouer contre d'autres. La plateforme utilise la blockchain Ethereum pour gérer ses cartes et leurs échanges. Si vous venez de vous dire "mais tiens, c'est des NFTs, ça !" bravo, vous avez bien suivi ! L'énorme levée de 680 millions de $ (pour une entreprise française) a pour but :

  • De recruter des talents,

  • De signer de nouveaux partenariats avec des ligues et clubs de foot,

  • De passer sur le mobile et promouvoir le jeu,

  • De se lancer dans d'autres sports dès 2022.

Mirakl est une solution de place de marché : vous avez un site qui tourne bien et voulez profiter de ses visites pour le monétiser, vous pouvez faire appel à l'entreprise pour créer une place de marché dans laquelle des marchands externes pourront vendre sur votre site. La levée de fonds de 555 millions de dollars montre que ce secteur a le vent en poupe, dopé par la crise du Covid-19 et l'habitude que nous avons pris à commander toujours plus de produits différents via Internet.

Cet argent permettra :

  • D'embaucher 350 dĂ©veloppeurs et doubler l'Ă©quipe commerciale,

  • Promouvoir la solution Mirakl Connect qui contient des vendeurs prĂ©-rĂ©fĂ©rencĂ©s,

  • DĂ©velopper la prĂ©sence de l'entreprise de par le monde,

  • Acheter d'autres entreprises...

👉 À lire sur le blog de Sorare (🇬🇧) et Mirakl

🔸

Chargeur unique pour nos gadgets

Enfin ! La Commission européenne remet sur la table des négociations une directive qui nous sera utile à tous ! Actuellement, nos smartphones, consoles de jeux, enceintes ou appareils photo nous obligent à jongler entre différents chargeurs : micro-usb, usb-c, lightning et d'autres parfois. La conséquence directe est l'accumulation de chargeurs dans les foyers et donc plus de pollution.

Cet amendement souhaite rendre obligatoire l'usb-c pour tous nos appareils, afin qu'un seul chargeur suffise.

Si depuis 10 ans le nombre de chargeurs différents est passé de 30 à 3, Apple continue de freiner cette proposition au nom de "l'innovation". Mouais (sachant que ses iPads et Macbook utilisent l'usb-c).

Réponse dans quelques mois pour savoir si cette règle passe, et en 2024 pour sa mise en oeuvre.

👉 À lire sur Le Monde ($)

🔸

Vers un trop plein de satellites

On en parlait la semaine dernière, des "touristes" ont décollé pour rester 3 jours dans l'espace. Cela était dans la lignée d'une tendance visible du "SpaceTech" : des civils qui prennent une grosse fusée pour aller jouer en apesanteur.

Seulement, ces évènements visibles sont l'arbre qui cache la forêt. Elon Musk et Jeff Bezos font régulièrement l'actualité grace aux progrès qu'accomplissent leurs fusées. Mais leur ambition n'est pas seulement d'envoyer des gens sur la Lune, Mars ou en orbite. La course qui se déroule plus discrètement est la mise en orbite de constellations de satellites pour demain nous permettre d'accéder à Internet même en zone blanche.

La plus connue de ces constellations est celle de SpaceX : Starlink (objectif : 41.493 satellites). Mais il en existe quelques autres que voici avec l'objectif de satellites envoyés :

  • Kuiper (Amazon) : 3.236

  • Guo Wang (Chine) : 12.992

  • OneWeb (Royaume-Uni et Bathi) : 364

  • Lightspeed (TĂ©lĂ©sat)

La raison principale de cet engouement est la chute drastique des prix de fabrication et d'envoi de satellite en orbite, grâce d'un côté à l'industrialisation et de l'autre aux lanceurs réutilisables. Pour vous donner une idée, un satellite Starlink fait la taille d'une machine à laver et coûte environ 300.000 $. Il y a dix ans, il aurait fallu rajouter deux zéros à ce prix.

Et pourquoi envoyer une constellation de satellites et pas un ou deux comme au bon vieux temps ?

Car pour accéder à Internet, il faut une liaison rapide et fiable. Il est donc nécessaire de bien mailler les zones ciblées (l'Afrique en particulier) pour pouvoir proposer ce service.

GĂ©nial ?

Bof.

Si effectivement connecter la Terre entière est louable, ses nuées de satellites vont poser deux gros problèmes :

  • Une gestion du traffic dans l'espace impossible. Il est actuellement très difficile de situer les dĂ©bris ou objet en orbite autour de la Terre, au mieux, on peut les dĂ©celer Ă  1 ou 2 km près. Cela pose donc un danger pour les missions qui dĂ©collent de la Terre (bon courage pour Ă©viter ses dĂ©bris) et pour ceux en orbite. Un dĂ©bris minuscule lancĂ© Ă  pleine vitesse peux crĂ©er des dĂ©gâts considĂ©rables Ă  l'impact d'un autre objet (voir ou revoir Gravity pour se donner une idĂ©e).

  • Une pollution croissante : ses nombreux satellites ont un cahier des charges moins rigoureux que les satellites "classiques". Certains peuvent donc ĂŞtre perdus (actuellement, env. 6 % des Starlink sont dĂ©fectueux) et vont retomber sur Terre. S'il y a peu de chance qu'ils touchent la surface, c'est par contre leur dĂ©sagrĂ©gation qui risque d'alourdir l'atmosphère en particules diverses et variĂ©es.

Or pour l'instant, il n'y a pas de police de l'espace, c'est aussi pour cela que les sociétés et gouvernements font la course à qui mettra le plus de satellites en ligne avant la mise en place de règles internationales.

👉 À lire dans le #3 d'Epsiloon (5,5€) dans le monde réel (pas encore de version numérique)

🔸


Vous lisez cette newsletter sans y ĂŞtre abonnĂ© ? Inscrivez-vous ici ! Vous pouvez aussi la partager avec des connaissances en transfĂ©rant cet email.


🎧 Vos oreilles aussi ont envie de faire leur veille tech ! 🎧

Invitez-les à écouter l’épisode 8 d’Encore Un Podcast Tech, dispo sur votre application de podcast préférée, en ligne sur Anchor ou en vidéo sur YouTube !


En Brief / **Liens**

đź”— Quelques liens pour la route


Merci pour votre lecture et Ă  la semaine prochaine !

RĂ©mi